UNEF : les universités trient leurs étudiants !

Le syndicat étudiant UNEF démontre dans son bilan annuel qu’une trentaine d’universités sélectionneraient leurs étudiants à l’entrée de la licence et du master. Cette pratique illégale a été remarquée à la suite de la mauvaise passe que traverse actuellement l’enseignement supérieur et que l’UNEF entend bien dénoncer.

Les universités demandent des frais supplémentaires

Les universités demandent à ce que les étudiants disposent des « pré-requis » en licences spécialisées alors que contrairement aux diplômes d’ingénieur ou de langue, les universités doivent accompagner l’étudiant et l’aider à progresser à partir des connaissances attestés par le baccalauréat. L’UNEF a trié les établissements qui s’adonnent à ce genre de pratique et il en a recensé cinq dont Paris-7 (Sciences de la vie), Paris-5 (pour sa licence en droit), Paris-4 (Arabe), l’université d’Avignon (Info Com) et Bordeaux-3 (musicologie). D’autres universités font payer des frais supplémentaires illégaux aux étudiants. Cela peut être des services polycopiés pour le suivi des cours, le soutien pédagogique et le service informatique. L’institut d’administration des entreprises de Grenoble fait payer plus de 800 € à ses étudiants.

L’UNEF réclame 1,6 milliard d’euros aux universités

D’après l’UNEF, ces pratiques illégales sont la conséquence de la situation financière difficile dans laquelle se situe actuellement l’enseignement supérieur. Le syndicat ajoute que les budgets accordés par l’État se stagneront pendant les trois prochaines années, alors que les dépenses des établissements sont sans cesse en hausse, ce qui pousse les universités à s’adonner à des pratiques illicites. William Martinet, le président de l’UNEF a annoncé que l’organisation syndicale allait déposer des recours devant les tribunaux administratifs contre les rectorats et les universités. Quant aux fonds, elle demande au gouvernement un plan d’investissement de 1,6 milliard d’euros d’ici la fin du quinquennat, ce qui permettrait de couvrir les dépenses de l’Enseignement supérieur. Jusque – là, il ne serait pas surprenant que les pratiques continuent à gauche et à droite

No comments yet.

HAVE SOMETHING TO SAY?