Guyane : les lycées sont saturés !

Les lycées sont saturés en Guyane et la situation est telle que plusieurs centaines d’élèves sont en attente puisqu’il n’y a plus de places disponibles en seconde.Face au problème, l’intersyndicale des enseignants demande au rectorat et à la Région de prendre des initiatives et de construire de nouveaux bâtiments.

Des centaines d’élèves sont en attente d’affectation

L’intersyndicale ne sait plus vers qui se tourner tant ses plaintes semblent se perdre dans le vide, c’est alors qu’elle a décidé de s’en remettre aux médias pour que cela arrive plus vite aux oreilles des intéressés. Elle estime que le système éducatif de la Guyane est étranglé et faute de place disponible, plus de 900 d’élèves attendent actuellement leur affectation en classe de seconde. Ce chiffre est ensuite repris par le rectorat à l’issue d’une réunion organisée d’urgence avec les conseillers d’orientation. Bruno Niederkorn, porte-parole de l’intersyndicale, estime que ce problème vient d’un mal organisation, car l’intersyndicale a déjà mis le problème sur le tapis il y a déjà plus de six ans de cela, mais personne n’a agi. Il estime que le fait de construire un lycée tous les cinq à huit ans n’est plus suffisant vu la hausse du nombre d’élèves actuel. Le porte-parole a rajouté que pour que tous les élèves soient installés, il faudrait arriver à construire un lycée par an.

Des solutions annoncées

D’après Aude André, responsable communication au rectorat, la situation est certes difficile, mais il reste qu’il y aura toujours des solutions appropriées. Elle calme le jeu en affirmant que plus de deux tiers des élèves en attente auraient déjà été affectés depuis la réunion du 7 juillet dernier. Elle affirme également que les parents n’auront pas à avoir de craintes, car les élèves seront tous affectés d’ici septembre. Pour Alexandre Dechavane, porte-parole de la FSU et membre de l’intersyndicale, les solutions proposées ne sont que des solutions à court terme et si les classes sont actuellement chargées, elles le seront d’autant plus dans les mois et les années à venir. Certains élèves seront contraints de redoubler leur troisième, car il n’y aura pas assez de place en seconde tandis que certains se retrouveront avec des filières qu’ils n’auront même pas choisies.
Il faudra attendre jusqu’en 2016, avec le déblocage des fonds de l’État pour espérer que de nouvelles constructions d’établissements scolaires se fassent. D’ici là, les élèves devront encore se serrer en classes.

No comments yet.

HAVE SOMETHING TO SAY?